Cross-over entre DC et Marvel se passant en 2040. L'Ordre, organisation de héros, se bat contre un ennemi composé de vilains et d'anti-mutants, la Révolte.

Le forum est fermé suite à un manque d'activité.

    Alyssa Edersson

    Partagez
    Team Aquaman "Je contrôle un élément"
    avatar
    Messages : 188
    Ven 2 Fév - 21:17
     
        ALYSSA EDERSSON  
         

    NOM : Edersson

     

    PRENOM : Alyssa

     

    AGE :25 ans

     

    SITUATION FAMILIALE : Adoptée Par son oncle et sa tante

     

    ORIENTATION SEXUELLE : Bi sexuelle

     

    AVATAR : Kirsten Zeller

     

    DESCENDANT DE : Adoptée, elle ne connait pas ses origines. Elle est la descendante du vilain Electro, c'est de lui qu'elle hérite son don. Elle ne le sait pas encore mais une personne au sein de l'Institut pourrait bien lui révéler. En effet, son chère papa n'a pas été de doute délicatesse avec Rebecca... un lourd passé que traine la jeune fille et qui pourrait faire du tord à Alyssa

     

    POUVOIRS : Alyssa peut contrôler l’électricité, elle arrive à créer des boules électriques pour se défendre ainsi qu'une bulle de protection. Pour le moment, son barrage de protection électrique ne la couvre qu'elle mais elle tente de le faire progresser pour être capable de protéger les gens qu'elle aime. Lorsqu'elle utilise son don trop longtemps ou à trop forte intensité, elle s’évanouit et ne reprend pas connaissance immédiatement. A ce moment, elle devient donc vulnérable en cas d'attaque. Son passage à Eden vise donc à devenir plus résistante pour pousser ses capacités aux maximum. Son don est aussi imprévisible face à l'eau, en cas d'altercation entre les deux éléments, soit l'énergie explose et se démultiplie, soit ils se court-circuite et les conséquences sont graves pour la jeune femme qui se retrouve brûlée aux mains.  


    GROUPE : Elève

     

    CARACTERE : Audacieuse – Têtue – Confiante– Impulsive - Optimiste

     
          RESUME  
     
             

    Alyssa à le don pour se faire des amis qui ne sont pas de bonnes fréquentations. Elle suit donc souvent leurs magouilles sans trop se poser de question. La jeune fille n'est pas des plus bavardes, elle dit ce qu'elle pense sans faire de détour et sans prendre de pincettes ce qui peut en agacer plus d'un. Son côté froide et distante attire la gente masculine, elle le sait et elle en joue. Son assurance et son côté dominatrice attire la gente féminine, elle le sait, elle succombe mais, elle le cache. Elle peut être une excellente amie avec une oreille attentive tout comme la pire des garces si votre tête ne lui revient pas. Elle vit sa vie avec passion, toujours prête à sécher les cours, à voler un magasin... l'adrénaline la fait vibrer et fait partie intégrante de son quotidien. Même si son attitude ne le laisse pas penser, c'est une fille joyeuse et blagueuse, elle entretient uniquement son style de glace pour se faire respecter et ne pas passer pour la petite fille chétive et vulnérable qu'elle pourrait être du haut son mètre soixante. La demoiselle est très impulsive et part au quart de tours, ce qui peut faire des étincelles ! pour le coup, ce n’est pas une métaphore. Ayant peur de ses sentiments et des réactions qu’elle serait capable d’avoir elle ne s’est encore jamais lancée dans une histoire amoureuse dans le vrai sens du terme, elle se contente d’histoires sans avenir mais, sans contraintes. Comme beaucoup de personne ici, son passé n’est pas tout rose et à laissé des blessures profondes qu’elle cache derrière son assurance car, elle le sait, les souvenirs peuvent devenir une arme redoutable pour blesser une personne au plus profond. Elle cultive donc son petit jardin secret et reste très vague sur son histoire tant qu’elle ne connait pas parfaitement la personne en face d’elle. Son don protège plus ou moins ses souvenirs, ils sont plus difficilement accessible mais, ça reste quand même une faiblesse. Parfaitement protégé physiquement, son esprit est encore en partie vulnérable en face d’un mutant puissant. On peut dire qu’elle est toujours le cul entre deux chaises, partagée entre “ la gentille et souriante Alyssa “ et la “ malsaine et manipulatrice Mlle Edersonne “ . Elle n’a jamais réellement su ou se positionner, pour le moment, c’est une gentille. Elle s’imagine sauver le monde et rencontrer son prince mais, tout pourrait basculer très vite.Ses mauvaises fréquentations pourraient ébrécher un peu plus la faille où se trouve son côté garce, et là, ça serait le drame.

    Oui, je suis compliquée.

     
     
          CHRONOLOGIE  
     
    2017 : Naissance d'Alyssa Très peu de temps après sa naissance, Alyssa fut adoptée par la famille qu'elle considérera être la sienne à partir de ce jour là.

    2027 : Découverte de son pouvoir Lors d'une promenade en famille dans la neige Alyssa va s'électrocuter et se brûler gravement les mains. Elle avait alors 15 ans.
    2027  : Famille biologique Sa tante lui avoue qu'elle est la fille d'un mutant, que ses pouvoirs sont génétiques et qu'elle les tient de son père.
    2027 - 2035 : Chaque soirs, Alyssa s'entraine pour réussir à contrôler son don.Elle se rend dans une clairière pour être à l'abri des regards
    2037 : Le Cerebro retrouve sa trace et la mène jusqu'à l'institut   Un homme l'attend à son point d’entraînement. La jeune femme avait été repéré par le Cerebro et doit donc choisir si elle souhaite intégrer l'institut ou non. Elle accepte et sera endormie pendant le trajet pour qu'elle ne connaisse pas le chemin de l'institut. Elle intègre donc l'institut dès son ouverture  

          HISTOIRE  
     
     

    I – A l’abri des regards

    JVoilà le fameux moment où je devais parler de ma vie ? Quel beau moment d’émotion, sortons les mouchoirs. Non, je plaisante bien sur. Ma vie passée n’avait rien d’une comédie dramatique, elle se situait dans la moyenne. Des moments heureux et des moments tristes. Le basique chemin de la vie de tous, qu’on soit des mutants ou non. Je suis donc née dans une petite ville en Island, dans un petit village un peu reclu du centre ville et où l’hiver était particulièrement rude. Mes parents étaient morts peu de temps après ma naissance dans un accident de la route, d’après l’histoire officielle ou officieuse, tout dépend sous quels angles on voit les choses. Pour ma part, j’ai toujours été persuadée que cette histoire n’était que du vent, peut-être étaient-ils même encore en vie. J’ai donc été élevée par mon oncle et ma tante qui n’avaient pas d’enfants. J’étais considéré comme leur petite princesse toutes ces années, mes moindres caprices étaient cédés mais, je ne vais pas les blâmer, ils voulaient faire au mieux pour combler l’absence de mes parents biologique.s Une absence qui n’existait que dans leurs têtes à eux, car, pour moi, mes parents ne me manquaient pas… je ne les avaient jamais connus. Depuis toute petite j’ai donc été bercée prêt de la neige et j’en avait fait mon terrain de jeu. Je  m'étais rapidement intégrée dans l’école où j’étudiais malgré une réputation qui poursuivait ma maison  comme “ la maison hantée “ de la région. Les jeunes et leur imagination sans limite… une simple maison isolée et voilà qu’elle devenait un lieu mystique. Bref. Accompagnée par mes amis nous passions nos journées d’hiver à skier dans les sentiers hors-pistes, profitant des conditions exceptionnelles de l’island pour cette activité. Comme tous les sales mômes qui se respectent, nous nous amusions à effrayer les touristes en imitant des bruits d’animaux féroces. Nous étions de très bon comédiens, tous les étrangers rebroussaient chemin les jambes à leurs cou.

    II - Révélation

    Le reste de la famille habitait tout proche du centre, d’autres étaient  partis en France pour profiter d’un meilleur climat. Je mis longtemps à comprendre pourquoi nous habitions aussi loin de tout mais, ça, je vais vous l’expliquer un peu plus tard. A mes douzes ans, comme chaque dimanche, nous partions en promenade avec mon oncle et ma tante. L’hiver arrivait, notre belle saison tant aimée. La journée s’annonçait merveilleuse, le soleil, la poudreuse fraiche. Évidemment, je ne vous raconterais pas cela si il n’y avait pas eu un revirement de situation. Pour surprendre l’homme qui avait construit toute mon éducation, je pris une poignée de neige pour en faire une boule. La neige était très fraiche et pas assez compacte, je retirais donc mes gants noirs pour pouvoir la modeler. Au contact du froid mes mains me firent extrèmement mal, je hurlais de douleur et fut ramenée en vitesse à la maison pour ne pas attirer l’attention. Ma tante, d’ordinaire très anxieuse, ne semblait pas inquiète. Elle affichait une étrange sérénité qui ne lui correspondait pas. Mes mains étaient brûlées, des petites cloques apparaissaient au fil des heures. Comment de la neige, par principe, froide, pouvait-elle me brûler ? Ce n’était pas logique. Les jours suivants, je fut dans l’obligation de rester enfermée. Les yeux perdus dans le vide, je ne lâchais pas du regard les dizaines de flocons blancs qui s’écroulaient au sol. Malheureusement, je n’étais pas en dessous à m’amuser mais, derrière la fenêtre, les mains bandées.
    D’étranges phénomènes arrivèrent peu de temps après cet évènement. Tout d’abord, mon oncle et ma tante prirent des petites décharges à chaque fois que je les effleurait. “ Ca arrive à tout le monde “ me disait ma tante. J'acquiesçais sans broncher pour ne pas lancer le débat. Ensuite, les lumières commencèrent à exploser les unes après les autres. Là aussi il avait une raison, l’équipement électrique était ancien… l’excuse de l’année, la palme d’or de la raison la plus nulle. J’avais le sentiment d’être menée en bateau du début à la fin, je restais donc cloitré chez moi car la neige était devenue ma pire ennemie, je ne mangeais plus et je devenais insolente. J’avais besoin de réponse.

    Alyssa, nous devons te parler.”.
    Voilà, ce n’était pas trop tôt. Ma tante avait reprit son visage habituel avec ses yeux songeurs et son front plissé par la nervosité. Je la regardais donc avec insistance pour qu’elle se décide à parler.

    Nous n’avons pas été très honnête alyssa. Tes parents ne sont pas morts, ils ont disparus. Tu sais, ils n’étaient pas comme nous, ils avaient quelque chose de spécial. Des dons. Ils étaient des mutants. Et tu as le don de ton papa… Tu lui ressemble tellement, tu es une si belle jeune fille… “

    Ses yeux étaient remplis de larmes et mon oncle lui tenait la main avec compassion. J’accusais le coup, à la fois partagée entre la colère de ne pas avoir su la vérité avant et la reconnaissance d’avoir gardé le secret, certainement pour me protéger, je pris l’option la plus sage : ne rien dire et attendre la suite.
    “Désormais, tu ne dois plus faire de bataille dans la neige… ton corps absorbe l’électricité, il forme de l’électricité. Tu es une mutante avec un don redoutable qui peut t’attirer des ennuis. Tu dois rester discrète à ce sujet. Tu sais, de plus en plus d'émeutes éclatent en ville au sujet des mutants, cela ne présage rien de bon si tu expose ton don à tout le monde. Nous serions anéantis si il t'arrivait quelque chose “.
    Je restais muette de longues minutes en regardant mes mains enfin guéries. A ce moment précis, je n’étais pas certaine de comprendre ce qu’il venait de se passer et je ne pris pas la peine de répondre à cette discussion.Je m’enfermais dans ma chambre pour essayer de digérer tout cela. Les larmes prirent le dessus, j’étais pleine de colère et incapable de les contenirs plus. Les lumières se coupèrent et un champ magnétique apparut entre mes deux mains, comme un fil de lumière violet et chaud. La panique s’empara de mon corps, je n’arrivais plus à savoir qui j’étais. Un monstre ?

    III - Rebellion

    Je vous épargne les années suivantes car ce fut une période de rébellion façon crise d’adolescence. En principe, si on en croit tous ces psychologues aux nombreux livres sur les ados et leurs hormones, la crise devait prendre fin au plus tard aux alentours de 18 ans.Et pour les adolescentes aux mains électriques ? Quels sont vos pronostics ?
    Cette période assez sombre de ma vie fut parsemée de mauvais choix qui ont fait de moi une jeune femme au caractère… prononcé. Je m’étais donc entourée des mauvaises personnes et nous commencions notre vie de débauche anti conformiste, contre le système et contre les règles. J’appris donc à voler dans les magasins, à ouvrir des serrures de voitures, à boire.. sans modération. Je n’étais pas un modèle c’était sur mais, j’avais trouvé dans cette adrénaline une alternative à la colère. Au lieu de me renfermer sur moi-même à broyer du noir au quotidien, je me lançais des défis permanents pour m’occuper l’esprit.. et les mains.
    Je n’avais pas un mauvais fond tout de même, je gardais mon don secret pour tous et m’entrainais uniquement en cachette comme me l’avait demandé ma famille. Le soir après les cours, je me rendais dans une vaste clairière difficile d’accès et la bas, seule face à moi même, je m’entrainais de façon assidue. Il était hors de question de ne pas réussir à apprivoiser ce don qui pourrait m’être très utile dans le futur. D’un simple fil électrique, je réussis petit à petit à m'envelopper de cette énergie violette et scintillante pour me former un cocon de protection digne des plus grands films d’effets spéciaux. Toutefois, malgré un acharnement sans fin, je n’arrivais pas à le développer. Mon oncle et ma tante se joignèrent  à moi pour m’aider, c’était le seul moyen qu’ils avaient trouvé pour renouer le contact. Et c’était une idée prometteuse qui porta ses fruits. Sans pour autant arrêter mes bêtises, j’étais de nouveau sage et sociable une fois dans l'enceinte de notre maison.
    A présent âgée de 23 ans, la raison avait reprit un peu de place dans ma vie. Je cultivais un style bien à moi qui pouvait attirer ou effrayer. C’était quitte ou double. Le soir, au bar, je jouais de ce charme auprès de la gente masculine et féminine. Pourquoi était-il utile de devoir choisir entre l’un ou l’autre ? Les femmes étaient tout aussi redoutables et attirantes. Il était hors de question d’envisager une histoire sérieuse tant que mon don ne serait pas parfaitement maîtrisé, la possibilité de blesser la personne que j’aime m'était inimaginable.

    IV – L'institut



    Ma petite vie était bien rodée, j'étais un des piliers de ma bande d'amis et ne manquions aucune occasions de sortir. Depuis l'apparition de mon don, les émeutes s'étaient vite transformées en une guerre mondiale opposants les anti-mutants et les mutants. J'ai hésité plus d'une fois à me rallier aux mutants dans leurs « combats » mais, la phrase que m'avait dite ma tante me maintenait sage. Et finalement, la situation s'était améliorée grâce à deux ou trois mutants mondialement connus.
    Je continuais depuis mes 15 ans à m’entraîner presque tous les jours, pour une fois, j'étais une élèves assidue. Cela n'était pas sans conséquences, mon don se développait vite et fort, si fort que j'en perdais parfois le contrôle. Il m'était alors impossible d'absorber toute la puissance des arcs électriques qui s'échappaient de mes mains, me laissant presque pour morte au sol.  

    Je ne suivais plus l'actualité depuis plusieurs moi, tout était centré sur les mutants et j'avais besoin de m'évader de cela. Chaque soirs après les cours (et avant de faire la fête), je rejoignais la clairière pour m'y entraîner une demi-heure. Mais, ce soir là, je n'étais pas seule. Un homme y était aussi. Dans une premier temps, je le pris pour un touriste faisant une petite pause dans sa promenade, l'endroit était si joli. Je tournais donc les talons pour partir, je ferais l'impasse pour une soirée. A peine eu-je tourné le dos que l'homme se redressa d'un bon et m'interpela.

    -Alyssa Edersson ? Ne t'en vas pas.

    Un long frisson fit un aller retour le long de ma colonne, mon cœur se mit à accélérer à toute vitesse et mes mains commençaient à brûler d'envie d'entrer en action. Je me retournais doucement pour faire face à l'inconnu.

    Qui êtes vous ? Que faite vous là ?
    Je viens te chercher, tu dois intégrer l'institut de l'Ordre pour apprendre à maitriser ton pouvoir.
    L'Ordre ?

    L'individu fut surprit de ma question, à priori j'étais censée connaître ce dont il me parlait. Je baissais la garde pour entendre ses explications.
    Hum... Une école pour les mutants.Tu y auras les meilleurs professeurs. Tu n'auras plus besoin de te cacher la bas. Mais, tu dois te décider maintenant.
    Et ma famille ?
    Tu les reverra un jour. Tu ne dois pas les prévenir, ils chercheraient sans relâche où tu te trouve. Et nous ne pouvons pas prendre le risque que des non mutants trouvent l'école.
    Je ne m'attendais pas à cela, je ne savais pas quoi répondre et restait sous le choc.
    Rendez-vous demain soir ici avec tes affaires, si tu n'es pas là, je prendrais ça pour un refus. C'est ton unique chance. Réfléchis y bien.

    La soirée fut une des plus longue de ma vie, je ne pris même pas la peine de manger et filais me blottir sous la couette. Que devais-je faire ? J'étais si bien ici, ma famille, mes amis... mais, rester dans l'ombre me rongeait à petit feu. Là bas, j'avais peut-être une chance de savoir qui sont mes parents... d'où me vient ce don. Je pris donc mes valises qui furent rapidement pleines à craquer. Le lendemain, je fus muette comme une tombe. Je me rendais en cours pour ne pas que l'établissement alerte ma tante mais je n'adressais la parole à personne, songeuse à ce qui allait m'arriver dans les prochaines heures.
    Sur le chemin de la clairière je fus plus d'une fois prise d'hésitation, comme des envies soudaines de rebrousser chemin. En temps normal, j'adorais contempler la nature mais, ce soir là, je marchais la tête baissée.

    Ravie de voir que tu as pris la bonne décision. Allons y, ne perdons pas de temps !

    Il était là, ce n'était donc pas une blague. Rien ne me prouvait qu'il était réellement un gentil mais, je le suivais dans un silence profond. Alyssa la téméraire ne faisait, à cet instant, pasla fière. Arrivée dans une belle berline, mes affaires chargées dans le coffre, j’éprouvais d'un coup une immense fatigue qui me fit m'endormir en très peu de temps. Je ne savais pas ce qu'il m'avait fait mais, à mon réveil, nous étions arrivés. Perdu au milieu de nul part, sans aucune idée de là où nous étions, j'ouvrais la porte de la voiture et restais figées les cinq minutes suivantes.  
     
          OFFLINE  
      PSEUDO : /   AGE : 23 ans   POURQUOI SUIS-JE ICI : Je me suis égarée.   FREQUENCE DE CONNECTION : Régulièrement quand internet sera de nouveau dans ma vie   UN COMMENTAIRE : C'est un bien joli forum !   UN PETIT MOT POUR LE STAFF :
    Revenir en haut Aller en bas
    Team Aquaman "Je contrôle un élément"
    avatar
    Messages : 356
    Age : 26
    Ven 2 Fév - 21:21
    Bienvenue !!!!

    Tu sais où nous trouver si tu as besoin :roll:
    Revenir en haut Aller en bas
    Ordre "J'encadre la nouvelle génération"
    avatar
    Messages : 38
    Sam 3 Fév - 11:17
    Rebienvenue à toi !
    Revenir en haut Aller en bas
    Team Aquaman "Je contrôle un élément"
    avatar
    Messages : 188
    Sam 3 Fév - 12:12
    Merci :) !
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 82
    Sam 3 Fév - 17:42
    Bienvenue Alyssa Edersson

    Bienvenue à toi cher nouvel élève,

    Nous t'attendions (ou pas). Nous sommes ravies de t'accueillir sur ce forum très convivial et familial. Les Elèves sont ravis de t'accueillir parmi eux. A partir de maintenant "Tu rejoins la team des élémentaires".

    Si tu nous as choisi, c'est que tu as compris qu'ici l'objectif était zéro prise de tête et 100% de fun. Aussi, nous te demanderons afin de passer à la partie amusante des forums RPG, de créer tes fiches de liens et de RP afin que tous les autres membres puissent te sauter dessus et te demander d'être leur copain (ou de pouvoir te tuer c'est au choix).

    De plus, afin que les registres soient mis à jour pour les futurs nouveaux membres, merci d'aller poster dans tous ceux qui te concernent. Il te suffit de nous indiquer les modifications à faire.

    Si tu as des questions ou des suggestions, nous sommes toutes ouïes alors n'hésite pas !

    Revenir en haut Aller en bas
    Contenu sponsorisé
    Revenir en haut Aller en bas

      La date/heure actuelle est Lun 24 Sep - 22:09