Cross-over entre DC et Marvel se passant en 2040. L'Ordre, organisation de héros, se bat contre un ennemi composé de vilains et d'anti-mutants, la Révolte.

Le forum est fermé suite à un manque d'activité.

    Fringale du soir - LIBRE

    Partagez
    Team Wonder Woman "Je suis de type psy"
    avatar
    Messages : 16
    Lun 5 Fév - 17:29

    Fringale du soir




    Il était aux alentours des 20h lorsque mon ventre se mit à gronder, avachie sur mon lit avec une pile de livre, je m’extirpais d’un bond du confort de ma couette. Le soir, Olympia était une ville agréable, les rues étaient vivantes et pleines de divertissements. Il y en avait pour tous les goûts. Hors de question pour moi de faire des folies la veille de la rentrée, ma conscience d’étudiante trop sérieuse ne me le pardonnerait jamais mais, j’avais une petite faim et un frigo vide et cela justifiait un petit tour dehors.
    Une veste sur les épaules et me voilà en quête d’un repas pour ma soirée. Le choix devenait plus restreint lorsqu’on était seule, difficile d’aller s’installer à la table d’un restaurant sans passer pour la fille la moins sociable de tout le campus. J’étais ici depuis quelques temps déjà mais, rongé par ma timidité mon cercle d’amis était encore assez limité…
    Je marchais sans précipitation en scrutant les cartes des repas affichées aux murs quand une odeur fin me chatouiller les narines. Un petit fast-food façon wok me retourna l’estomac en une seconde. Le concept était simple : Choisir ses aliments que le cuisinier préparait en face de nous en un instant. Le tout, dans une petite boite cartonnée à emporter. C’était pile ce qu’il me fallait. Malheureusement, je n’étais pas la seule à avoir eu faim à 20h, une importante file d’attente était dressée devant moi.

    Je soupirais, hésitant à changer d’endroit mais me résignais rien qu’avec l’odeur appétissante. Je pris donc place dans la file pour attendre mon tour. Je ne connaissais pas les étudiants présents à côté, il y avait une vague de nouveau chaque année à la fin de l’été. A croire que le Cerebro carburait à plein régime pendant l’été. A mon arrivée, j’avais été mise en garde sur l’utilisation de mon don, je ne devais pas m’en servir sur les autres, lire dans les pensées et les souvenirs des gens était jugé trop intrusif, vraiment ? - ironie, quand tu nous tiens…-. Venir en plein centre à cette heure-ci était un défi, un tas de paroles se mélangeaient dans mon esprit et je devais m’efforcer de ne pas les décrypter au risque de m’attirer des ennuis. Je prenais donc mon air renfermé pour me mettre dans ma bulle et me couper de cela. Entre temps, la file d’attente avait bien diminuée et mon tour approchait plus vite que prévu.
    Le serveur prit ma commande ; nouilles, crevettes, soja, chou et une sauce curry. A première vue, le mélange pouvait sembler atypique mais la petite boite sentait extrêmement bon.
    Satisfaite, je continuais de marcher pour trouver un endroit ou me poser pour manger, la température était encore suffisamment élevée pour être à l’aise avec une petite veste et je comptais bien profiter des moindres degrés de chaleur avant de rentrer dans l’hiver.
    Je pris donc place sur un banc disponible, le dernier  de la place. Assise comme une enfant, en tailleur, je commençais ma dégustation tout en profitant de l’endroit...
    lumos maxima
    Revenir en haut Aller en bas
    Ordre "J'encadre la nouvelle génération"
    avatar
    Messages : 38
    Ven 9 Fév - 18:28
    Voilà maintenant quelques jours que Keiths n’arrive plus à avancer sa BD, oui une panne d’inspiration peut être ou encore un manque de temps, à vrai dire en ce moment il préfère se plonger dans des bouquins pour essayez de retrouver l’inspiration plutôt que de se laisser un moment à lui pour se retrouver. En même temps il n’a jamais était vraiment doué pour se retrouver et se laisser écouter les petites voix dans sa tête… Enfin non ! Pas des petites voix ! Il n’est pas bien mais pas ce sens ! Je voulais plutôt dire sa conscience ! Oui voilà sa conscience…  Ses journées son assez chargées faut dire, entre son boulot en dehors de l’institue et son boulot ici le blond profite de ses quelques moment de libertés pour lire.  De plus il se permet de temps en temps de sortir du campus le soir un fois que la lune à fait son apparition son porte monnaie à dans la poche droite de son long manteau  et se rend dans un supermarché  pas trop loin. Qu’est ce qu’il va acheter ? Du lait et des croquettes…. Ouais son kiff c’est d’aller nourrir les chats errants dans le parc, il a cette habitude depuis super longtemps, depuis ses 6 ans je crois. Après il attend qu’il fasse nuit, comme pour que personne ne le voit, alors que pour être il ne fait rien de mal bien au contraire ! Mais il a toujours était comme ça, il aime bien agir dans l’ombre autant dans le sens propre que dans le sens figuré.  

    Il sort alors de la petite remise au fond des jardins à 19h30 la nuit commence à pointer le bout de son nez, il lève quelques secondes la tête et regarde le ciel avant de reprendre sa route et d’aller dans sa chambre pour prendre son habituelle douche du soir puis enfile un pull noir simple un peu trop grand puis un jean. Il se sèche les cheveux vite fait avec sa serviette éponge puis enfile son manteau noir avant d’y foutre son porte monnaie ainsi que ses clefs. C’est juste après avoir enfilé ses converses basses noires que le jeune homme quitte la chambre puis l’établissement. Il ne faisait pas vraiment froid chose qui réjouit Kieth, car faut avouer que le froid ce n’est pas vraiment son truc, il ne perd pas de temps et va directement dans le supermarché qui se trouve à l’angle au bout de la rue. Il y entre salue la caissière d’un faible et timide geste de la main et se dirige tout de suite vers le rayon qui l’intéresse. Il prend tout ce qu’il a besoin c'est-à-dire un petit sachet de croquettes et une brique de lait, avant d’aller à la caisse et de payer avec la monnaie qui lui reste. Monnaie qui habituellement est destinée à finir dans les distributeurs. Il sort de la boutique et s’éloigne encore un peu plus du bâtiment scolaire pour finalement aller s’asseoir sur un banc dans le par cet attend tranquillement que ses amis arrivent.

    Il n’attend pas bien longtemps, car faut l’avouer qu’ils se sont habitués à se faire nourrir tous les vendredis soirs comme ça. Il esquisse un léger sourire, léger mais sincère, il dépose par la même occasion une bonne poignée de croquettes au sol et le regarde manger. Très vite il est rejoint par plusieurs autres chats et très vite Keith épuise son petit sachet de croquettes. C’est quelques minutes plus tard que le blond essaie de caresser un des chats malheureusement pour lui ce dernier prend peur et griffe Keith au visage. Le blond reste quelques secondes sans bouger à fixer le chat puis il finit par se lever et par partir, oui peut être que le chat s’est sentie en danger, peut-être qu’il a senti le pouvoir de Keith. Toutes ces choses sont possibles et ça il le sait et c’est sans doute pour ça qu’il reviendra la semaine prochaine comme si de rien n’était.

    Il marche tranquillement les mains dans les poches et arrive très vite au bâtiment les lumières extérieures étaient allumées.  Il remarque au loin une jeune femme assit sur un banc, il arque un sourcil intrigué par ce qu’elle fait puis rebaisse vite la tête. C’est lorsqu’il est assez près d’elle qu’il remarque tout de suite qu’elle mange. Je ne vais pas vous mentir en vous disant que lui n’a pas mangé et qu’il a un peu faim. Il fixe le plat de la blonde quelques secondes avant de remarquer ce qu’il fait et de vite se reprendre, c’est en se grattant la nuque nerveusement qu’il prend la parole pour lui dire un

    «  Bonsoir…. »

    Il baisse les yeux et ne souhaite qu’une chose fuir, mais bon ce ne serait un peu bizarre comme comportement ? Mais bon n’était il pas bizarre ?
    Revenir en haut Aller en bas
    Team Wonder Woman "Je suis de type psy"
    avatar
    Messages : 16
    Ven 9 Fév - 21:25

    Fringale du soir




    La nuit était désormais bien installée. Le ciel avait été d’un bleu limpide toute la journée, c’est donc tout naturellement que des milliers d’étoiles se mirent à scintiller dans l’obscurité. Petit à petit les avenues se vidaient et les petits groupes de jeunes trouvaient refuge dans les bars du coin. Il y avait des endroits sympathiques par ici et ce n’était pas l’envie d’y faire un tour qui manquait mais, je devais m’imposer un rythme raisonnable pour la reprise des cours qui n’allait plus tardée. Je contemplais donc ce merveilleux ciel en dégustant mon plat de nouilles, le silence me fit un bien fou. C’était tellement appréciable de pouvoir enfin trouver un peu de répit psychologique. L’instant était des plus agréable, je laissais mes pensées de côté pour inspirer une grande bouffée d’air à plein poumons. Les bancs alentours s’étaient vidés eux aussi, seul deux, trois élèves passaient de temps en temps pour rejoindre le campus. Soudain, un drôle de sentiment s’empara de mon corps, je me sentis tout à coup épiée du coin de l’épaule et la voix d’un homme vint me sortir de ma rêverie.
    Je détournais donc le regard du ciel noir pour le poser sur la silhouette qui me faisait face. Un grand blond avec un long manteau et des converses similaires aux miennes. Il me saluait, moi ou mon repas… je ne savais pas. Son attitude trahissait sa gêne, il se tortillait la nuque d’embarra ce qui me fit sourire. Par politesse, je lui répondis.

    - « Bonsoir… »

    Les lumières des lampadaires étaient assez faibles, une lumière orangée qui longeait le chemin à suivre et nous évitait de tomber lors de notre promenade mais, qui ne permettait pas de distinguer tous les détails. Cela n’empêcha pas mes yeux de se poser sur le visage de l’homme en face de moi. Sa joue était maculée de sang à la suite d’une griffure. Je fus prise d’un petit coup de stress l’espace de quelques secondes en pensant naïvement qu’il venait de se battre avec un élève et, souhaitant de tout cœur me tenir très loin de toute altercation entre mutant, je me faisais souvent tout un tas de films. Complètement paranoïaque. En détaillant plus précisément, je compris assez vite qu’il s’agissait d’une griffure d’un animal. Allez savoir comment il était possible de se faire attaquer le visage mais, la bestiole ne s’était pas loupée. Mes muscles se détendirent, l’homme n’avait a priori pas l’air d’être un tordu.

    - « Tu… tu es blessé, ta ..ta  joue saigne un peu… »

    Voilà, je venais de passer pour la parfaite idiote qui bégaie. Depuis l’arrivée de mon don j’avais fais le choix, le stupide choix, de ne plus approcher personne. Mon don était un mystère pour moi, je le contrôlais à 40% à présent et peut-être 20% à mon arrivée à l’école. Pas de quoi se permettre d’avoir des amis, aux risques de les effrayer ou m’immiscer un peu trop loin dans leurs esprits.  Conclusion ; parler de façon naturelle avec une nouvelle tête, qui en plus de cela se trouvait être un homme devenait la mission de l’année. Prise d’un pseudo excès de confiance dont j’essayais de me convaincre moi-même, je me présentais avec une voix un peu plus stable.

    - « Shanna, enchantée. Tu es ? »

    Un détail m'interpella, bien qu’il n’y ai aucune étude fondée là-dessus, je savais pas expérience qu’après seulement quelques phrases personne ne pouvait s’empêcher de se faire une réflexion secrète dans ses pensées… même une mini réflexion, c’était quasi inévitable. Et là, rien. Le silence était le même qu’avant son arrivée et je ne percevais aucune pensée du garçon. La situation devenait encore plus déroutante pour moi mais, je ne le fis évidemment pas remarquer et me contentait de lui adresser un sourire sincère, plutôt chaleureux pour l’inciter à rester un peu et ne pas s’enfuir de suite. Après tout… autant profiter de ce bout de soirée à deux.
    lumos maxima
    Revenir en haut Aller en bas
    Ordre "J'encadre la nouvelle génération"
    avatar
    Messages : 38
    Dim 18 Fév - 10:47
    C'est instinctivement que le blond passe sa main sur sa joue,  oui il n'avait pas vraiment sentie le liquide chaud couler sur sa joue.  Il finit par regarder sa main et écarquille un peu les yeux.  Hé ben il ne t'as pas raté le chat ! Aussi t'as dû l'effrayer avec ton pouvoir il n'a fait que se défendre c'est pour ça que tu ne lui en veux pas et que tu vas continuer à aller le nourrir.  Il tire doucement sur la manche droite de son pull pour le passer sur sa plaie et enlève doucement le sang.  Il baisse les yeux vers le sol comprenant très vite que son interlocutrice peut se faire des idées sur l'origine de cette plaie.  Il se sent obligé de se justifier pour deux raisons la première il ne veut pas que cette dernière prenne peur et s'enfuit croyant avoir en face d'elle un fou dangereux et la deuxième raison et que fixer les gens et se casser ce n'est pas vraiment polie alors essayons d'être un peu distingué de temps en temps ! Il garde le regard baissé vers le sol et reprend la parole d'un ton dans lequel on devine tout de suite qu'il n'est pas très à l'aise.

    « C'est...  C'est un chat...  Merci je n'avais pas vus... »

    En même temps voir sa joue droite n'est ce pas un truc totalement impossible ? Enfin peut-être qu'un mutant peut faire sortir ses yeux de ses orbites et dans ce cas voir ses propres joues... Oui...  C'est possible ! Mais ce n'est malheureusement pas le cas de Keith. Il relève le regard lorsque que la jeune femme reprend la parole,  elle se présente,  hé oui un minimum de politesse Keith ! Il esquisse un léger sourire timide et reprend la parole pour se présenter à son tour.

    « Je m'appelle Keith »

    Le sourire chaleureux de la blonde rassure Keith qui prend un peu confiance en lui face à la blonde. Ne savant pas trop quoi faire et ne voulant pas partir pour autant le blond s'assoit à côté de la blonde. Il reste quelques secondes,  quelques longues secondes à regarder devant lui. Il était mal à l'aise et il cherche à tout prix quelques chose à dire ou à faire.  Il reprend finalement la parole et lui lance d'un ton à peine audible sans trop vraiment la regarder dans les yeux.

    « Tu attends peut-être quelqu'un ? »

    Ah oui c'est option est fort probable si ça se trouve elle attend quelqu'un et tu es en train de foirer son rendez-vous.  Si ça se trouve elle doit voir l'homme de sa vie ! Et toi tu es en train de ruiné sa vie sans le savoir. Voilà à quoi pense Keith en ce moment. Oui son imagination est débordante en même temps il a besoin s'il veut écrire et dessiner. Il trifouille un peu la manche gauche de son pull,  geste nerveux qui indique qu'il ne se sent pas vraiment à sa place m'a qu'il fait un effort pour ne pas paraître mal poli vis-à-vis de son interlocutrice qui semble être aussi mal à l'aise que lui, ou peut-être un peu moins quand même.
    Revenir en haut Aller en bas
    Team Wonder Woman "Je suis de type psy"
    avatar
    Messages : 16
    Lun 19 Fév - 21:07

    Fringale du soir




    L’inconnu qui venait de débarquer la joue en sang et l’air très peu serein de prénommait donc Keith, un jeune homme intriguant. Un poil perché et dans son monde mais au visage rassurant. Je n’avais pas l’habitude de rencontrer des personnes encore plus anxieuse et timide que moi… jusqu’à ce soir. Sa grande timidité avait un effet apaisant sur moi, je me sentais presque l’âme d’une leader pour une fois. Comme si je pouvais donner l’impression d’une fausse assurance. La probabilité qu’il y croit serait infime mais, je pouvais au moins me venter d’être légèrement plus à l’aise que lui. Keith vint s’assoir à mes côtés avant de s’inquiéter de voir quelqu’un débarquer. Et non, j’étais bel et bien ici toute seule comme une clocharde sans aucun projet de soirée. Il tombait donc à pique.

    Je t’en pris assieds toi

    Dis-je avec un large sourire une fois que le garçon fut installé. Je ne voulais pas le mettre mal à l’aise, ce n’était qu’un peu d’humour maladroit que je regrettais une seconde après. Mes joues devinrent rouges de honte et j’aurais adoré pouvoir me cacher très loin d’ici.

    Je rigole, je n’attends personne. J’aime bien me promener seule le soir, me détendre un peu l’esprit. Tout est si calme à cette heure-ci.

    Je continuais de manger pour ne pas que mon repas devienne trop froid, je passais donc de la fille seule sans amis à la fille seule sans amis malpolie. Quel échec cuisant. Je n’avais jamais croisé Keith auparavant, était-il un élève ? Il avait l’air plutôt jeune mais, l’école n’étant pas immense si il avait été en cours nous nous serions probablement rencontré plus tôt. Je m’installais plus confortablement assise comme une enfant, assise en tailleur et prête à faire connaissance avec lui. Pour une fois, je n’avais pas cette envie irrépressible de m’enfuir avec mes jambes à mon cou. Je passais toutes mes soirées seules depuis plusieurs semaines, un peu de changement ne pouvait pas me faire de mal. Le plat de pâtes était trop consistant, mon estomac était rempli et je n’étais plus qu’à un pas de la PLS. Je regardais donc le garçon et lui tendit la petite boite en carton qui contenait encore ¼ du repas en guise de proposition. Si il avait faim, il pouvait se servir.

    Je ne t’ai jamais croisé avant, que fais-tu dans la vie ?

    Les traditionnelles questions “que fais-tu, quel est ton nom ? d’où viens-tu “, des questions très rhétoriques et purement formelles mais, difficilement évitables. Les bases d’une conversation normale. Et ces questions avaient un caractère rassurant, elles me mettaient à l’aise pour ne pas avoir de longs blancs gênants. Mes mains étaient moites et je crochetais mes doigts les uns aux autres pour essayer de camoufler mon stress. Parler : une bien dure épreuve dans ma vie.
    lumos maxima
    Revenir en haut Aller en bas
    Ordre "J'encadre la nouvelle génération"
    avatar
    Messages : 38
    Jeu 8 Mar - 20:19
    Keith était un moment mal à l’aise, il regarde le sol un peu gêné, oui c’est vrai il aurait pu demander avant de s’asseoir, oui c’est la moindre des choses, la politesse est une chose très importante pour lui et là il vient de merder de manière phénoménale. Il se détend lorsque la blonde reprend la parole, il comprend très vite que cette dernière voulait rire, certes c’était un peu maladroit, mais l’attention est là, de plus nous savons tous que lui non plus il n’est pas très doué pour ce genre de choses. Elle lui avoue aimer se promener, aimer le calme de la nuit. Il esquisse un léger sourire, parce qu’il sait très bien de quoi elle parle, lui aussi il aime être seul, il fait partis de ses rares personnes qui apprécie la solitude et qui préfère plutôt être seul qu’accompagné. Il est assez mal à l’aise demandant bien ce qu’il lui est passé par la tête est qu’est ce qu’il fait là assit à côté d’une inconnue sur un banc en pleine nuit. Plus les secondes passaient et plus la gêne de Keith disparaissait, la blonde qui est à ses côtés semble être un peu comme lui. Un peu mal à l’aise, faut dire que n’importe qui dans leur situation serait mal à l’aise. Elle lui propose un peu de son plat, Keith regarde quelques secondes la boit en carton blanc, avant d’acquiescer doucement la tête de haut en bas et de prendre un peu de sa nourriture. C’est bon, même très bon, il est content, il sourit avant de reporter son regard vers la blonde et de lui lancer un faible.

    « Merci … »

    Il pousse doucement le plat pour laisser la blonde le terminer toute seule, car c’est vrai à l’origine c’est elle qui l’a payer et il sait que cela ne se fait pas du tout de manger tout un repas payer pas l’autre personne. Il a à peine finit sa bouchée que son interlocutrice reprend la parole. Cette question à vrai il ne se l’est pas vraiment posé la concernant, car on va dire qu’il est sûr à 100% qu’elle est une élève. Par contre il comprend bien l’interrogation de la blonde, car on va dire qu’avec sa tête de gamin on peu facilement poser qu’il est élève. Après serait ‘il judicieux de dire qu’il est croque mort à mi-temps ? oui beaucoup de personne trouve ce métier assez étrange, il ne serait pas étonné que la blonde pense pareil. M’enfin il a quand même envie de ne pas cacher sa véritable identité, car après tout ils ne se connaissent pas vraiment et puis même s’il redoute un peu sa réaction il ne compte pas se cacher. Il répond alors d’une voix calme et un peu plus forte qu’avant même si on sent très bien qu’il n’est pas très sûr de lui.

    « Je suis jardiner et croque mort à mi-temps et toi ? »

    Mais s’il connait très bien il la retourne avec plaisir, car en vrai il commence à peu à peu s’ouvrir et à apprécier la conversation. Il n’a pas vraiment envie d’apprendre à mieux la connaitre, non il veut juste discuter passer un bon moment et qui sait peut être se lier d’amitié et par la suite pouvoir peut être le parler un peu lorsqu’ils se croiseront. C’est par réflexe qu’il met les mains dans ses poches et pour une fois depuis longtemps essaie de maintenir le regard envers son interlocutrice qui ne semble ne pas être plus à l’aise que lui. C’est sûrement ça qu’il le rassure un peu et qui rend la conversation un peu plus facile.
    Revenir en haut Aller en bas
    Team Wonder Woman "Je suis de type psy"
    avatar
    Messages : 16
    Dim 18 Mar - 21:36

    Fringale du soir




    « Je suis jardiner et croque mort à mi-temps et toi ? »

    Pour le coup, je fus très surprise. Croque mort ? Voilà un métier qui n'était pas courant et me faisait un peu flipper, je trouvais ça un peu glauque. A quelle moment d'une vie pouvait-on avoir l'ambition d'un tel métier ? Enfin, qui étais-je pour me permettre ce genre de jugement... Je décidais donc de ne pas rentrer plus dans les détails au risque de me faire peur à moi-même. L'homme à mes côtés, bien que timide, avait l'air normal et sympathique. Son métier avait peu d'importance au final.

    «  Ce n'est pas courant comme métier ! Tes journées doivent-être bien remplies. Je continue mes études de droit, j'aimerais devenir avocate. Un rêve de gamine,
    mes parents étaient très connus dans le milieu.
    »

    J'étais plutôt fière de ma réponse, elle était neutre et cordiale. Keith ne pourrait donc pas m'en vouloir d'avoir eu cet effet de surprise les premières secondes, il devait avoir l'habitude. Tout comme moi, le garçon semblait vivre dans sa bulle, un peu isolé du reste du monde et des gens en général. Il me ressemblait beaucoup dans sa gestuelle maladroite et anxieuse et cela me rassurait de voir que ma timidité maladive n'était pas un cas isolé.


    «  J'en déduis que tu es plus âgé, tu as une femme, des enfants ? Enfin.. c'est peut-être déplacé de poser ce genre de questions, pardonne moi. »

    Au premier abord, mes questions donnaient l'impression d'un interrogatoire digne d'un film policier, ma volonté était toute autre. J'avais seulement envie de connaître davantage l'inconnu assis à mes côtés, discuter, sans but précis. La nuit était calme, mes pensées aussi et celles de Keith étaient inaudibles. Pour la première fois, je rencontrais quelqu'un sans savoir ses impressions à mon sujet, c'était déroutant et plaisant. Profitant de ce moment de détente, je sortis de mon sac à main mon paquet de cigarettes. La clope d'après repas était vitale.

    «  Tu fumes ? » Lui dis-je en lui tendant le paquet pour qu'il se serve s'il le souhaitait.

    J'allumais la cigarette avant de la porter à ma bouche, les premières lattes me firent un bien fou en rassasiant le manque de nicotine que mon corps me faisait sentir depuis déjà de longues minutes.  Je passais un cap de plus dans ma détente. Tellement détendue que je décidais de mettre les deux pieds dans le plat, d'être plus franche que jamais.

    « J'ai une question à te poser. En principe, j'entends les pensées des gens lorsque je discute avec eux mais, avec toi... néant... Quel est ton don ? »

    Voilà. C'était dit, c'était lancé, comme une bouteille à la mer. Ma curiosité était piquée à vif, je tentais donc de la rassasier.
    lumos maxima
    Revenir en haut Aller en bas
    Ordre "J'encadre la nouvelle génération"
    avatar
    Messages : 38
    Mer 28 Mar - 21:26
    On peut dire qu’elle va droit au but, elle a était tellement droit au but que le blond à du mal à déglutir et manque de s’étouffer avec sa propre salive ( ouais on fait pas plus con que lui mais bon on y peut rien) . Il tousse quelques fois histoire d’essayer de reprendre un peu son souffle et surtout essayer de partir sa putain de salive qui est mal passé. Une fois chose faite il respire doucement quelques secondes pour reprendre une respiration normale. Il met quelques secondes avant de reposer son regard vers celui de son interlocutrice, ouais son pouvoir est un sujet qui encore maintenant il a du mal à en parler. Il tire nerveusement sur les manches de son gilet noir un peu trop grand pour lui avant de reprendre la parole et de lui dire d’un ton pas vraiment sûr de lui

    « Je n’appellerai pas ça un don… »


    Il baisse les yeux vers le sol trifouillant les manches de son gilet comme un ado de quinze ans à qui on aurait posé une question qui le met mal à l’aise. Il ne veut pas y répondre, non il ne veut vraiment pas parler de ça, mais d’un côté il n’a pas envie de mettre un terme à cette rencontre pourtant semblait si bien commencer. Il reste silencieux, comme ça, à regarder le sol, il réfléchit, il réfléchit à ce qu’il va faire. Il s’est pourtant promis de ne pas parler de son pouvoir, de ne pas l’utiliser, de faire comme s’il avait une vie normale, une vie sans pouvoir, mais on va dire que travailler à l’institut ne l’aide pas franchement. Il n’ose pas relever les yeux, il ne veut pas croiser son regard qui va sans doute l’encourager à le lui dire. Il finit par lâcher tout bas une réponse vague, oui sans trop lui en dire mais qui en même temps pourrait peut-être qui sait lui convenir.

    « On va dire que mon pouvoir est dans le même domaine que le tien… »

    Voilà il n’en dira pas plus j’espère juste que la blonde n’insistera pas, car sinon ce dernier risque de braquer et de s’enfermer dans son monde. Oui c’est un mécanisme de défense qu’il adopte souvent lorsqu’il se sent agresser, lorsqu’il repense à certaines ou bien encore lorsqu’il sent sa déprime quotidienne pointer le bout de son nez. Ne voulant pas que la blonde ce vexe le jeune blond prend la rare initiative de reprendre la conversation dans le but de changer de sujet et de qui sait pouvoir continuer à apprendre à se connaitre.

    « Et tu es depuis longtemps à l’institut ? je suis désolé mais je ne t’ai jamais vus… »

    En même temps tu n’es pas trop le genre de mec à regarder et à parler aux personnes que tu croises. Tu fais seulement ton travail et après tu rentres chez toi pour nourrir ce chat noir que tu as adopté il y a quelques années. Oui il n’a pas vraiment de vie sociale et cela n’est pas vraiment pour lui déplaire il aime bien sa petite vie tranquille sans problème. Une petite vie rythmée par les dessins l’entretien de son cimetière et surtout par son boulot de jardinier. Faut dire qu’avec deux boulots et un hobby qui prend pas mal de temps il n’a pas vraiment le temps de se faires des amis et sortir de son petit confort.
    Revenir en haut Aller en bas
    Contenu sponsorisé
    Revenir en haut Aller en bas

      La date/heure actuelle est Mar 23 Oct - 15:30